À PARAÎTRE LE 15 DÉCEMBRE

SCHNAPS! #2

revue Schnaps! 2

SOMMAIRE

 

OLIVIER BRUNEAU –
CONTE DE CAMPAGNE

Un village isolé quelque part en montagne, où la salade de quinoa et les « j’aime » sur twitter n’ont pas encore remplacé le lapin à la gibelotte et les brèves de comptoir. Pour Antonin Roquès, maire depuis vingt-cinq ans, on ne s’en porte pas plus mal. À la veille des élections, il va pourtant devoir lutter pour conserver son siège, face à un candidat aux allures de jeune loup qui n’est pas sans rappeler un certain président. D’autant plus que Justine, son étudiante de fille revenue pour les vacances, semble bien décidée à lui casser les *bip*. Comment s’y prendra-t-il pour remporter le combat, sauver l’ordre établi et redonner le goût des vieilles recettes à un électorat de plus en plus difficile ? C’est ce que vous découvrirez dans ce Conte de campagne orchestré de main de maître par Olivier Bruneau (Dirty Sexy Valley). Un scrutin palpitant qui risque de défier tous les sondages IFOP.

TONY O’NEILL –
L’OR DES FOUS

Barman au Ski Room, sur Hollywood Boulevard, celui qu’on surnomme « Doc » a l’habitude d’en voir passer des vertes et des pas mûres. Il sait à quoi s’en tenir avec les balivernes et autres histoires fumeuses de ses clients junkies. Pourtant, quand Wonderbread, un des habitués du lieu, prétend être sur un coup, et qu’une étrange rumeur se met à circuler à base de super came et d’expériences secrètes, il ne peut s’empêcher d’appeler son pote RP pour aller voir ce qui se trame – quitte à se faire entraîner dans un truc pas possible. Avec L’or des fous, Tony O’Neill (Du bleu sur les veines, Sick City), vous invite à ouvrir les portes de la perception. Donc avis aux curieux : en cas de bad trip, faudra pas venir pleurer.

MARION MESSINA –
LE TILLEUL

D’emblée, le titre fait penser à un lied de Schubert dans le Winterreise – « Le tilleul », « Der Lindenbaum ». Avec ce texte écrit sur le mode de la confession, celle d’un homme à une ombre, Marion Messina (Faux départ) nous fait vivre les étapes de ce Voyage d’hiver qu’est l’expérience du deuil, de la séparation. Arbre de l’amour dans la poésie romantique, au pied duquel se tiennent les rendez-vous galants, le tilleul est le lieu des aveux mais aussi, parfois, des adieux. Le compagnon d’une parole qui ne veut plus rien cacher.

PIERRE ABRAM SANNER –
L’ÉTRANGE VOYAGE DE L’ICÔNE MIRACULEUSE DE SOFIA DE MAVERDRAVE
Ép. 2  : « Pas de moussaka pour le Révérend »

« De passage à Sofia, le Révérend fait la connaissance d’un spécialiste de patrologie slave, le professeur Sharmoutovitch. Une commune passion pour les bonnes choses de la vie les ayant rapprochés, le professeur fait une proposition au Révérend : accompagner hors du pays sa fille et une icône mystérieuse, trésor venu des ténèbres épiques des luttes entre Chevaliers de Saint-Jean, Byzantins renégats et sultans insatiables. Objectif : Rome, pour examen de la relique. Méthode : feinter les frontières sous des allures de traîne-savate, façon routard. Bénéfices : du pognon, une vague sensation d’aventure, la proximité de la fille du professeur, Sofia la Rousse. Risques : douaniers, coups tordus et arnaques en tous genres, herpès génital, damnation éternelle. »

Après « Le Révérend contre les trois Sofia » (Schnaps! #1), « Pas de moussaka pour le Révérend » nous emmène en territoire grec, où l’intrépide héros de Pierre Abram Sanner poursuit ses aventures et… tombe sur un os. Que Dieu protège son foie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s